top of page

Faire son deuil

Le temps du confinement nous a embarqué dans une série de deuils très particuliers.


Ceux qui ont perdu un proche ont eu à vivre en plus de la perte d’un être cher, une séparation de corps très cruelle, sans pouvoir l’accompagner, ni le veiller, parfois même sans pouvoir assister à la cérémonie funéraire.


Les autres deuils sont ceux de nos vies de confinés : deuil du job qui devait démarrer, deuil de son activité professionnelle impossible à reprendre (je pense particulièrement aux restaurateurs), deuil de ses projets personnels, deuil des vacances à venir, deuil d’un printemps à la plage, deuil de sa date de mariage, deuil du monde d’avant....


Nous avons besoin de temps pour revenir pleinement à la vie. Les étapes qui jalonnent le deuil sont comme une traversée colorée d’émotions qui expriment notre état intérieur : le choc, la douleur, la colère, le marchandage, la dépression, la reconstruction, l’acceptation.


Chaque étape a sa fonction, prendre conscience d’un avant et d’un après, avoir mal, refuser le réel car on lui préférait l’avant, avoir du ressentiment à l’égard de la personne perdue comme si c’était de sa faute, être anesthésiée et empêché de vivre, s’autoriser à construire de nouveaux projets, accepter le deuil et vivre à nouveau.


Sortir du confinement, c’est vivre différemment, avec la réalité du virus et ses modes de propagation, mais c’est aussi commencer à envisager les reconstructions possibles, après nos deuils.


Chacun son rythme dans cette capacité à rebondir, le “y a qu’à, faut qu’on” est à bannir, nous ne sommes pas obligés d’aller bien…


Alors, donnons les moyens de nous entraider pour vivre cet événement particulier.

Photo by Brian from FreeImages




13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page