top of page

Les émois du week-end....

A quand votre dernier émoi ? Vous en souvenez-vous ?


Pour moi, c'était hier, j'ai été émue de retrouver ce week-end le cours presque normal de la vie. J'ai eu peur d'un énorme crapaud gonflé d'eau, j'ai stressé en voyant ma petite nièce de 2 ans tomber violemment dans un escalier de pierre, j'ai halluciné devant le non respect des gestes barrières de certains, j'ai ri de bon coeur en famille... J'ai éprouvé une joie profonde à vivre de nouvelles rencontres, qui sont venues élargir mon horizon de sens.


Si vous aussi vous avez exprimé votre sourire franc, celui d’une joie authentique, votre crispation de la mâchoire pour contenir votre colère, votre front en sueur sous le coup de l’angoisse, votre grimace incontrôlée par dégoût, vos yeux écarquillés par l’effet de surprise, vos soupirs de tristesse...c’est que vous avez été bien vivant ces derniers jours !


Et ça fait du bien !


Plus rapide que la pensée, l’émotion passe d’abord par notre corps. Ceux d’entre nous qui rougissent facilement en savent quelque chose ! Les hypersensibles également qui vivent des montagnes russes ...


S'autoriser à être ému : accueillir son émotion sans la dénier, ni vouloir la contrôler à tout prix, mais plutôt aller jusqu'à l’apprivoiser en la situant physiquement, en la nommant, en la mesurant, en la qualifiant.


La prendre pour ce qu’elle est, un signal d'alerte quand elle est désagréable ou un signe de gratitude quand elle est agréable, c'est gagner en authenticité dans nos relations.


Ni positif, ni négatif, notre émoi est juste un indicateur de notre état dans une situation donnée. Un message sensible nous est directement adressé !


Saisissons-le, nous serons plus au clair sur nos besoins et nos désirs, mieux alignés.


Ça change la vie !


Parlons-en ! www.coachpersonal.info



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page