top of page

Petite philosophie des mots bleus

Ce sont ceux “qu’on dit avec les yeux”, quand “parler est ridicule”, “la phrase inutile”, et “les discours futiles”…

L’événement de nos rencontres est si fragile, surtout lorsqu’il s’agit de retrouvailles, celles-ci se vivent “dans le silence immobile”...


Ludwig Wittgenstein nous avait averti qu'en dehors des jeux de langage pour dire la réalité du monde, rien de correct ne peut être exprimé, ce qui enlève toute valeur à la notion de mystère.

Dans son aphorisme, “Ce qui peut-être dit, peut être dit clairement ; et ce dont on ne peut parler, il faut le passer sous silence.”, le philosophe nous propose de quitter les fausses croyances idéologiques avec leurs images religieuses et éthiques, pour changer de vie.


Quand Christophe nous chante l’amour dont on ne peut parler, il n'évoque pas une idéologie, mais une expérience tellement puissante et tellement vulnérable dans sa forme vivante, qu'elle exige le silence.


Nous pourrions à notre tour en évoquer d’autres :

tout ce qui dans le monde nous fait tressaillir lorsqu'il nous embarque dans l’infiniment grand qui nous dépasse,

tout ce qu’une oeuvre d’art peut nous montrer de la couleur de la vie, avec fulgurance, quand elle nous apparaît,

tout ce que l’on préfère taire de peur de souffrir ou de faire souffrir,

toutes ces parts silencieuses de nos vies ...


Garder le silence par amour, par fascination, par esthétisme, par délicatesse... Il s’y trouve chaque fois une manière de se mettre en retrait, sans dire nos émotions et nos sentiments, en préférant donner au silence la valeur d’un silence d’or.


Laisser frémir ce qui advient en soi, quand le réel ne s’enferme plus dans les mots, prendre conscience de ce frémissement intérieur et l’accueillir pour ce qu'il est, le manifester par un simple regard...


Si le silence n'est pas un moyen d’éviter une situation, de se la cacher et d’y échapper, incapables que nous serions de sortir de nos images mentales, de nos préjugés et de nos idéologies, alors le silence d'or pourrait être le chemin de l'émerveillement.


Ecoutons là, cette part silencieuse qui nous offre des lunettes merveilleuses pour goûter l’enchantement du monde !


En ce temps de confinement, je nous souhaite de nous accorder des mots bleus, ceux qu’on dit avec les yeux…






21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page